Un écran numérique interactif en cuisine ? En voilà une drôle d’idée ! Avec Laurent Nadiras, enseignant en pâtisserie au Lycée des métiers Camille Claudel de Mantes-la-Ville, vous allez vite comprendre que cet outil a toute sa place dans les ateliers cuisine et plus spécialement en séance de pâtisserie.

Laurent Nadiras nous en fait la démo autour de la tarte au chocolat « The Artist » en deux textures !

L’ENI Promethean entre en jeu dès le début du cours.

L’utilisation de l’ActivPanel démarre dès l’arrivée des élèves avec l’appel, effectué en une minute chrono et que l’enseignant peut transmettre directement à la vie scolaire en un clic. Ensuite, place aux choses “sérieuses“ : Laurent Nadiras présente à ses 7 élèves présents, la tarte « the Artist » qu’ils vont devoir réaliser en plusieurs étapes…

Progression du cours étape par étape.

« Dans nos métiers traditionnels, certes on suit une recette, mais nous fonctionnons sur des techniques de préparation donc on y va pas à pas », explique-t-il. Et c’est notamment dans cette idée de progression étape par étape que les outils numériques vont prendre tout leur sens au milieu de la farine, des œufs, du chocolat et de la crème !

Après l’appel, c’est donc la présentation de la séance qui se fait sur support numérique grâce notamment à la fiche technique interactive de la tarte que Laurent va récupérer sur le site national de l’hôtellerie restauration dans lequel plus de 1500 fiches techniques sont répertoriées.
Des ressources variées, c’est cela que Laurent Nadiras plébiscite pour intéresser ses élèves à la pâtisserie et les faire progresser tout en les rendant autonomes.

Une multitude de ressources numériques à la disposition des élèves, visualisables sur … l’ENI !

« Nous avons beaucoup de ressources, vidéos, images et textes mais pour les exploiter, nous avons besoin d’un écran numérique interactif », souligne Laurent. Avant l’ENI, les salles étaient déjà équipées de VPI ; mais avec l’ActivPanel, il y a une vraie plus-value car il permet aussi une interaction avec les tablettes des élèves.

« On voit bien la réactivité et l’interactivité des élèves entre la tablette et l’écran ; et là, l’investissement en matériel prend tout son sens ». Avant les VPI, il y avait le tableau blanc et les feutres ; « alors on écrivait au tableau la recette et on faisait une démonstration ». La démonstration “en réel“ n’a pas disparu mais « la plus-value de l’ENI, c’est ça : c’est de l’image, de la vidéo, du son… C’est de pouvoir varier les supports », ajoute-t-il.

Création de ressources numériques grâce au logiciel ActivInspire.

De plus, l’ActivPanel qu’utilise Laurent est doté d’un logiciel spécifique de création de ressources, ActivInspire, qui l’aide à créer tous ses cours de manière simple et rapide : un autre avantage de taille pour l’enseignant.

« Je projette mes cours en mirroring sur l’ENI et j’exporte aussi en format PDF pour que les élèves puissent le lire sur leur tablette ; ainsi, ils ont de l’autonomie pour pouvoir suivre sur leur tablette le même document qui est affiché sur l’ENI ».

Ainsi, si certains élèves avancent moins vite que d’autres, tout le monde peut progresser à son rythme. Ils peuvent aussi venir sur l’ENI pour voir la vidéo détaillant tous les points importants de la recette ou bien la visionner sur leur tablette.

« Cette façon de travailler avec les outils numériques poussent les élèves à être autonomes dans leur travail ; et moi, je suis disponible pour d’autres élèves qui sont plutôt en difficultés », précise Laurent Nadiras.

En fin de séance, l’enseignant aime utiliser le bouton ClassFlow dans ActivInspire qui lui permet de créer des questionnaires à choix multiples pour vérifier, très rapidement, les acquis des élèves sur la recette du jour. « ClassFlow, c’est très pratique quand on veut faire la synthèse rapide de la séance ». Le résultat entre en compte dans leurs évaluations.

Évaluations des élèves par compétences, facilitées avec les outils numériques.

Les élèves sont évalués par compétence tout au long de la séance ; ce jour-là, Laurent Nadiras a déterminé, en début de cours, les compétences sur lesquelles les élèves allaient être notés individuellement ; il peut aussi décider d’évaluer un élève “à la volée“ « si je m’aperçois qu’une compétence n’a pas été choisie au début de la séance », précise-t-il.

Ce fonctionnement gagnant avec les outils numériques a fait des envieux : aujourd’hui, les collègues de Laurent, aussi bien en ateliers que dans les cours d’enseignement général, ont adopté l’ENI Promethean et le logiciel ActivInspire. En effet, en voyant comment Laurent l’utilisait dans sa “cuisine“, cela leur a donné envie de faire pareil.

La Région, quant à elle, a répondu présente pour ce projet et a remplacé, peu à peu, les VPI par des ActivPanel dans les salles de classes et en ateliers. « Aujourd’hui, quand les élèves sortent de l’atelier pour aller en cours d’enseignement général, c’est le même environnement pour eux ; donc c’est fluide », conclut Laurent Nadiras.